Rendez-vous par téléphone : 514 707-0689 ou en ligne

COMMENT RÉTABLIR L’HARMONIE SEXUELLE DE VOTRE COUPLE

Les 7 clés du désir par Ginny Graves

J’ai toujours pensé que le désir était aussi instinctif que la faim ou la soif. Cependant, la libido peut fluctuer pour une multitude de raisons. Voici les solutions aux problèmes le plus couramment rencontrés par les femmes:

1. Dosez vos hormones

Sexe et hormones sont inextricablement liés. Entre 45 et 50 ans, nombre de femme entrent dans la période périménopause. Ce chamboulement hormonal, qui précède la ménopause, peut entraîner des troubles de la libido. La diminution du taux d’hormones sexuelles s’accompagne souvent d’une baisse du désir. La chute du taux d’œstrogènes peut également provoquer une sécheresse vaginale et réduire la capacité à atteindre l’orgasme. Que peut-on conseiller concrètement à ses femmes ? Le recours à une pilule minidosée ou à un traitement hormonal de substitution pourrait se révéler efficace pour réduire certains effets de la ménopause sur le désir sexuel. Il y a aussi la possibilité de se faire suivre par l’acupuncture, les résultats sont très concluants.

2. Dormez !

Le manque de sommeil exerce une action inhibitrice sur le désir que l’on a, hélas ! Ménagez-vous de sept à neuf heures de sommeil par nuit. Si vous souffrez d’insomnie, essayez de prendre de bonnes habitudes. Couchez-vous et levez-vous à heures régulières, pratiquez vingt minutes d’exercice trois fois par semaine et évitez l’absorption de caféine après 15 heures. Au souper, ne buvez pas plus d’un verre de vin et mangez sans excès.

3. Modérez l’exercice

On dit souvent que sport et sexe font bon ménage. Une étude menée sur des hommes ont montré que la pratique quotidienne d’une heure de sport par jour augmenterait la fréquence des rapports sexuels et stimulait le désir. Les chercheurs sont d’avis que cette dépense physique a un effet identique sur la libido des femmes. Mais attention ! Faire trop de sport risque au contraire de vous assommer sur l’oreiller en diminuant votre taux de testostérone. Sans compter qu’une pratique intensive peut entraîner, chez la femme, la disparition des règles et favoriser la sécheresse vaginale. Et, si vous dépensez beaucoup d’énergie, ne vous mettez pas, en plus, au régime. Des études récentes semblent en effet indiquer que le neuropeptide Y, une substance chimique d’origine cérébrale sécrétée en abondance lors des périodes de jeûne, pourrait également freiner le désir. Pour que l’exercice physique porte ses fruits, il doit rester raisonnable. Augmenter progressivement l’intensité de l’entraînement et veillez à consommer un minimum de calories afin de préserver un niveau suffisant de graisses corporelles.

4. Fuyez la dépression

La perte de désir est souvent un des multiples symptômes qui accompagnent une dépression. Physiologiquement, on ne connaît pas précisément les mécanismes à l’origine de cette perte de libido. Mais, psychologiquement, la corrélation est évidente. Les déprimés se sentent mal dans leur peau, rappelle Xavier Amador. Rassurez-vous. Une fois la dépression traîtée, l’appétit sexuel refait surface…à condition de suivre le bon traitement !

5. Méfiez-vous de certains antidépresseurs

L’un des paradoxes des antidépresseurs est qu’ils peuvent entraîner des troubles de la libido. En effet, jusqu’à 50 pour 100 des personnes sous antidépresseurs de type IRS  (inhibiteurs de la recapture de la sérotonine) ne sont susceptibles de subir ces effets secondaires. De tels médicaments perturbent l’équilibre de la sérotonine, ce qui risque d’entraver la fonction sexuelle. Pour contourner le problème, différentes options s’offrent à vous: diminuer les doses (sur avis médical); attendre entre deux à six mois que votre organisme acquière une tolérance au médicament; interrompre le traitement pendant un certain temps, toujours en concertation avec votre médecin.

6. Évacuez le stress

L’anxiété influe sur la libido, chez l’homme comme chez la femme, affirme Gayle Beck, professeur de psychologie. Mais les femmes y seraient particulièrement vulnérables: « L’homme fait davantage abstraction de ses sentiments au profit de la relation sexuelle, tandis que la femme préfère renoncer à l’acte lui-même. » Lorsque la tension s’accumule, nous sommes trop préoccupés pour penser à donner ou à recevoir du plaisir. « Ce n’est pas par hasard si de nombreux couples ont des relations sexuelles satisfaisantes pendant leurs vacances » ajoute Gayle Beck. Vous soupçonnez le stress de brider vos instincts ? Alors, essayez de trouver un peu de temps pour décompresser. Par exemple, prenez un bain ou allez faire quelques pas en début de soirée.

7. Communiquez

On évoque communément le diagnostic de « baisse de la libido » dès qu’une personne présente un appauvrissement de ses fantasmes sexuels et n’éprouve pas, ou quasiment pas, de désir. « Nous constatons ce type de problème chez les femmes de tous âges, rapporte Raymond Rosen, co-directeur d’un centre médical de sexologie. La cause en demeure inconnue, mais les facteurs psychologiques jouent certainement un rôle important. » En premier lieu, les médecins s’intéressent à la nature des liens qui unissent le couple. Des rivalités conjugales et le manque d’ouverture et d’intimité peuvent « bloquer » certaines femmes. Si le problème existe avant le début de la relation, il pourrait être le résultat d’un traumatisme sexuel passé. Une psychothérapie et une thérapie de couple constituent parfois des traitements efficaces.

Une chose est certaine, c’est qu’il est très important d’en parler ouvertement. N’hésitez pas de consulter un spécialiste si cela vous semble nécessaire. Le désir ça se travaille…..

Pin It on Pinterest

Share This